Centre Régional de la Propriété Forestière d'Aquitaine
Divers  |  Formation  |  Gestion  |  Magazines et mémentos  |  Paysage et environnement  |  Santé des forêts  |  Sylviculture  |  Tempête actualité  |  Tempête documentation  |  
Imprimer   Ajouter aux favoris   Contact 

Les travaux sylvicoles au fil des saisons : printemps - été

Suivi des jeunes reboisements
· La surveillance des jeunes boisements
· Désherbages mécaniques, chimiques et entretien des sols
· Fertilisation après plantation
Travaux sylvicoles
· Les tailles de formation
· L'élagage
· L'exploitation des bois
La préparation et la remise en état des terrains à boiser
Préparation des reboisements
· Les diagnostics de sols
· Les demandes d'aides de l'état
· La réservation des plants
La surveillance phytosanitaire



Suivi des jeunes reboisements :

- La surveillance des jeunes boisements :

Ils sont particulièrement sensibles à la végétation concurrente et aux dégâts de gibier. Une surveillance rapprochée permettra d'appliquer les mesures nécessaires avant qu'il ne soit trop tard (dégagement manuel, mécanique ou chimique, pose ou entretien de protections, etc.).
Si la sécheresse actuelle persiste un apport d'eau peut-être envisagé pour les plantations de l'année.

- Désherbages mécaniques, chimiques et entretien des sols

Ils doivent être réalisés au printemps surtout pour les jeunes boisements qui craignent la concurrence notamment des graminées. D'autre part ils seront effectués suffisamment tôt pour économiser la réserve en eau du sol nécessaire en période estivale où le risque de déficit hydrique est important (notamment en 2005).
Dans les stations ou les sols sont sensibles au tassement il est préférable d'alterner cover-crop et griffes pour le travail du sol.
Un travail du sol complémentaire en début d'été permettra une meilleure pénétration des eaux de pluies estivales.
Les désherbages ou dégagements chimiques seront à utiliser lorsque les autres méthodes se révèlent inefficaces ou trop coûteuses et bien sûr dans le respect des spécialités, des doses homologués et des zones sensibles (zones humides, fossés, cours d'eau...)...
La durée et la fréquence de ces entretiens va dépendre de l'essence, de son adaptation à la station et de la végétation concurrente. Par exemple pour du peuplier en station un peu séchante, l'entretien peut être nécessaire toute la vie du peuplement ce qui pose dans ce cas le problème du choix de l'essence ou de la rentabilité de l'opération.

- Fertilisation après plantation

Principalement utilisée pour les peupliers, elle se réalise au printemps sur les jeunes plantations et éventuellement sur des plantations plus anciennes situées sur des stations pauvres. Elle peut se faire par exemple avec de l'engrais complet (3 fois 15) à la dose de 1 kg par plant et s'applique en couronne sans toucher l'arbre. Un désherbage mécanique ou chimique doit y être associé pour garder l'effet de l'engrais pour les arbres.
Une fertilisation à base de phosphore peut être employé pour des jeunes boisements de pin maritime vers 3 ou 4 ans si aucune fertilisation n'a été effectuée auparavant (regonflage) et si les arbres manquent de vigueur. Un enfouissement de cet engrais par travail du sol doit être prévu.

Haut de page


Travaux sylvicoles

- Les tailles de formation

Elles doivent permettre d'obtenir une bille de pied droite sur une hauteur suffisante (minimum 3 mètres pour le noyer, 6 mètres pour le peuplier, etc).

Pour les feuillus :

- Elles sont indispensables pour les plantations à faibles densités ou lorsque le nombre de tiges d'avenir est insuffisant. Elles doivent être concentrées dans les premières années pour ne pas entraîner des déformations irréversibles avec des cicatrisations difficiles.
- On enlèvera les fourches et les branches redressées vigoureuses.
- Cette opération effectuée en été sur les noyers évitera l'apparition de nombreux gourmands. Par contre, notamment pour les peupliers, elle peut avoir lieu l'hiver pour une meilleure visibilité.

Pour les résineux :

On peut être emmené à effectuer des tailles de fourches ou de grosses branches dans des plantations où le nombre d'arbres d'avenir est insuffisant suite à des problèmes liés à l'espèce (fourches sur pin laricio), aux dégâts de gibier ou à des accidents climatiques.

- L'élagage

- Il doit permettre d'obtenir du bois sans nœud sur une hauteur suffisante pour l'utilisation envisagée et en concentrant les cicatrices dans le cœur de l'arbre (par exemple 3 m pour le pin maritime et le noyer, 5,5 à 6 m pour le pin laricio et le peuplier).
- La taille doit respecter le bourrelet de cicatrisation (c'est le renflement situé à la base des branches) et se faire de préférence sur des branches encore vertes et de tailles réduites pour une meilleure cicatrisation.
- Il s'effectue pour les feuillus de préférence en été pour faciliter la cicatrisation et éviter la formation de gourmands. Entre le 15 juin et le 15 juillet en même temps que la taille de formation pour le noyer, en juillet pour les autres feuillus (peuplier 15 juillet au 15 août).
- Pour les résineux, la période hors sève est préférable pour éviter les attaques parasitaires (scolytes, pyrale).

- L'exploitation des bois

Elle concerne en priorité les zones humides difficilement accessibles le restant de l'année.
L'alimentation des usines se fait souvent " en flux tendu " ce qui entraîne des exploitations toute l'année. Lorsque les terrains sont détrempés, ces exploitations peuvent causer des dégâts préjudiciables pour l'avenir de ces parcelles. D'autre part, le risque d'attaques de scolytes pour les résineux obligera à respecter un délai très court entre la coupe des arbres et leur enlèvement pendant la période de sève (1 mois maximum) et les houppiers important devront être broyés.

Haut de page


La préparation et la remise en état des terrains à boiser

Attention à limiter l'impact sur le sol des engins (tassement, ornières).

Pour les parcelles trop humides, un drainage l'été d'avant donnera du temps pour une meilleure efficacité du drainage.

Les parcelles qui nécessitent un traitement chimique, préalablement à la plantation, seront traitées en fin d'été pour éliminer chiendent, ronce, etc. Toutes les précautions nécessaires seront à prendre pour respecter les spécialités, les doses homologués et les zones sensibles.

Dans les terrains argileux ou compactés, un décompactage en période sèche apportera toute son efficacité.

La fertilisation de fond peut être nécessaire sur des sols présentant des carences. Par exemple dans les Landes de Gascogne un apport de 80 à 100 unités/ha de phosphate corrige la pauvreté sur les stations les plus pauvres.
Prévoir l'élimination de la végétation susceptible de gêner la préparation au reboisement ou l'entretien de la future plantation (souches, rémanents...).

Dans l'éventualité d'un brûlage de rémanents, prendre contact avec la mairie ou le centre de secours des pompiers pour respecter les zones et les périodes autorisés. Cette technique de brûlage présente les inconvénients du risque de feu, de la perte de matière organique et peut aussi entraîner des risques de maladies racinaires pour les futurs arbres installés sur les emplacements des feux.

Haut de page


Préparation des reboisements

- Les diagnostics de sols

Ils sont souvent indispensables pour les boisements et pour certains reboisements avec changement d'essences. Ils doivent permettre de faire les bons choix d'essences ou de variétés et de prévoir également les travaux de préparation et les entretiens futurs à envisager. La période estivale, où les nappes sont au plus bas, permet d'évaluer la disponibilité en eau notamment par sondage à la tarière pédologique.

- Les demandes d'aides de l'Etat

Les dossiers sont à déposer auprès de la DDAF du département concerné au moins 6 mois avant la période prévue pour les travaux. Se renseigner auprès de la DDAF avant de monter le dossier pour savoir si une aide est envisageable pour ce projet. Dans le cas d'une réponse défavorable (exemple des boisements de terres agricoles pour 2004) faire à la DDAF une lettre d'intention avec une description du projet, les plans et matrices cadastrales ; ceci afin de " prendre rang " si un déblocage imprévu de crédit se produisait et de montrer que les besoins existent.

- La réservation des plants

Elle peut se faire dès la fin de l'été en même temps qu'une visite de la pépinière.

Haut de page


La surveillance phytosanitaire

Cette surveillance est nécessaire en période de végétation afin de repérer d'éventuelles anomalies et d'envisager les moyens d'actions (pré-nids de chenilles processionnaires, présence de pucerons lanigères sur peuplier I 214, de scolytes, rouille foliaire sur peupliers, arbres foudroyés, etc). En cas d'anomalie importante vous pouvez contacter le correspondant observateur de la santé des forêts du secteur pour un diagnostic plus précis et le cas échéant pour prévoir les actions possibles.

< Retour à la documentation

Haut de page

 Centre Régional de la Propriété Forestière
 6, parvis des Chartrons - 33075 Bordeaux Cedex
 Tél. 05 56 01 54 70 - Fax. 05 56 51 28 08 -